Le blog de Viviane Teitelbaum

28

Du Musée Juif à Charlie Hebdo à Manchester…d’un Halimi à l’autre…des sionistes aux Juifs, des Yézidies aux Coptes…

La date anniversaire de l’attenta terroriste au musée juif dans un silence politique et médiatique assourdissant….mjb_fleurs_1-1

William Goldnadel dans Figaro Vox le 24 mai dernier: “À plusieurs reprises, il avait insulté sa victime, qui le craignait, en la traitant de «sale juive». De multiples témoins et voisins attestent avoir entendu «Allah Akbar!» tandis qu’il s’acharnait sans fin sur la malheureuse, alors même que la police était depuis longtemps sur les lieux.
Ou encore dans sa lettre ouverte à Gérard Collomb Alexandra Laignel Lavastine dans Atlantico: “Dix ans plus tard, nous en sommes donc au même point. D’un Halimi à l’autre, d’Ilan à Sarah, nous sommes même devant un cas d’école auquel ceux qui scrutent l’inconscient collectif et ses pathologies seraient bien inspirés de s’intéresser.”
Ou encore Jacques Tarnero envoyé au Huftington post dans “Elle s’appelait Sarah” : “Madame Halimi n’a pas seulement été victime d’un détraqué mais d’un détraqué islamiste qui est retourné réciter des sourates du Coran après l’avoir défenestrée.”

Et en Belgique? Avez-vous entendu quelques journaliste ou homme ou femme politique se souvenir publiquement de l’attaque terroriste du 24 mai, il y a à peine 3 ans?
Je n’ai rien, rien lu, rien entendu.
Certain-e-s ami-e-s FB l’ont fait, je les en remercie. J’étais tellement peinée de ce silence que je n’ai pas pu. Aujourd’hui je dis que malheureusement si on ne souvient pas du passé pour s’appuyer sur l’histoire on ne pourra pas construire des lendemains meilleurs.
Et d’ailleurs depuis lors, du Musée Juif à Charlie Hebdo et au Bataclan, de l’hyper casher à Zaventem, de Toulouse à Manchester, de New-York à Jérusalem, (et je ne peux les citer tous), des Yézidies aux Coptes, des sionistes aux Juifs…. d’un Halimi à l’autre… il est temps de nommer les choses. Et de se souvenir pour combattre à défaut de continuer à pleurer…. les vies perdues et les cicatrices qui marquent à tous jamais les femmes, les hommes et les sociétés.

Twitter Facebook
05

lutte contre le proxénétisme : à intensifier!

pas-tous-les-jours-dimancheEntendre un proxénète parler du bien-être des femmes, c’est comme entendre Marine Le Pen sur la démocratie, ça fait mal aux oreilles!
(re)voir l’émission “C’est pas tous les jours dimanche”
http://www.rtl.be/info/video/626348.aspx?CategoryID=4824

Pour lire l’étude réalisée par Claude Moniquet: “Traite des êtres humains, exploitation sexuelle et prostitution: le poids du crime organisé”, à l’initiative du vrouwenraad et du cffb téléchargez dans son intégralité sur le site www.cffb.be: http://www.cffb.be/images/stories/downloads/archives2017/pdf/-%20Rapport%20AE%20Recherche%20PROSTITUTION-.pdf

En effet, selon Europol, le trafic d’êtres humains est l’une des principales activités du crime organisé mondial, juste après le trafic de drogue et la fraude. La mondialisation du trafic humain/prostitution est une entreprise très lucrative. D’innombrables femmes et enfants en sont victimes et l’impunité est largement répandue. Le réseau international fournissant le marché européen provient principalement d’Europe de l’Est, d’Asie et du Nigeria.

Par ailleurs, on estime qu’entre 700.000 et 2 millions de personnes seraient chaque année victimes de la traite des êtres humains en Europe et qu’environ 90% de ces victimes seraient trafiquées dans un but d’exploitation sexuelle.

85% des victimes sont des femmes, parfois très jeunes. Prises dans les griffes de proxénètes, chaque prostituée effectue 5 à 15 passes par jour. Parfois, elles travaillent 24 heures par jour, sont battues, droguées et ont peu ou pas de nourriture. Leurs conditions sanitaires et de logement sont extrêmement précaires. Par ailleurs, elles ne sont pas ou irrégulièrement payées. Les plus chanceuses restent en vie. Les prix sont extrêmement variables en fonction de la région, de l’âge et des prestations demandées. En Belgique par exemple, les prix peuvent s’échelonner de 15 à 20 euros pour un service minimal.

Face à des réseaux multinationaux, s’adaptant sans cesse aux conditions légales, jouant avec les frontières, la performance policière et judiciaire peine à s’adapter, même si elle s’améliore.

Selon les conclusions de l’étude , un certain courant de pensée se développe depuis plusieurs années défendant l’idée que la légalisation totale de la prostitution aurait pour effet de la transformer en activité économique « normale », d’assurer une meilleure protection légale et sanitaire des personnes prostituées et de briser les réseaux du crime organisé actifs dans ce domaine.

Rien n’indique que cette proposition soit exacte dans les faits. Bien au contraire: exemples grec, allemand et hollandais cités dans l’étude.

C’est bien pour cela que les Conseils des Femmes et Vrouwenraad réitèrent leur position : elles sont contre la légalisation de la prostitution. L’unique moyen pour lutter contre ce trafic humain est une répression accrue qui passe par la pénalisation de l’achat de services sexuels et l’instauration d’une politique sociale et volontariste d’accompagnement des personnes prostituées.

Twitter Facebook
26

“Pour ou contre” sur Rtl Tvi sur : le syndrome de l’aliénation parentale

pour-ou-contre-6-tbDiaboliser les femmes, ignorer les violences ou la précarisation, réfuter qu’elles sont 85% des cheffes de familles monoparentales vivant souvent dans une extrême pauvreté, semblent être un postulat pour SOS papa asbl.
Si la souffrance vécue tant par les pères que par les mères est une réalité on ne peut ignorer que la loi de 2006 présente désormais un mode de référence pour un hébergement égalitaire, comprenez garde alternée, pour le juge de paix lors d’une séparation et pour le tribunal de 1ère instance en cas de divorce.

Ce qu’il faut retenir c’est que 44% des couples se mettent d’accord à l’amiable et que seul 18% des couples choisissent la garde alternée.
Dans 28% des cas le juge entérine la proposition des couples et donc ne tranche que dans 23% des cas.

Donc quand on le leur demande peu de pères souhaitent la garde alternée égalitaire. Alors oui, dans certains cas tant chez les mères que chez les pères il y a une souffrance énorme due à des chantages et tiraillements, mais non la loi ne favorise absolument pas les mères.

Par contre peu de femmes touchent la contribution et/ou pension alimentaire et une femme sur quatre et selon certains sondages jusque 36% des femmes sont victimes de violences.

Mais de cela on ne parle que très peu….

(re)voir l’émission: http://www.rtl.be/info/video/625693.aspx?CategoryID=4730

Twitter Facebook
23

Mémoire. Demain, 24 avril double commémoration. #plusjamaisça

Parce que je refuse de regarder et laisser faire. #plusjamaisça #Neveragain
Demain midi nous commémorerons le génocide des Arménien-ne-s qui s’est déroulé dans les territoires sous l’autorité de l’Empire ottoman à partir de 1915. Il s’est déroulé en plusieurs étapes : désarmement des soldats arméniens, déportations des habitant-e-s des régions frontalières, adoption d’une loi sur l’expulsion, et enfin déportations massives et assassinats. Comme pendant la Shoah où il y a 72 ans, le monde découvrait les charniers, les chambres à gaz, les camps d’extermination et de concentration, les massacres, l’extermination systématique des Juifs, des Tsiganes, des handicapé-e-s, des homosexuel-le-s par le régime nazi au nom d’une idéologie raciste, xénophobe et fasciste.

La particularité du génocide des Arméniens, réside comme la Shoah, dans son caractère massif et sa totale impunité, mais aussi dans le fait que cela s’est déroulé sous les yeux de la communauté internationale, qui a laissé faire. Ce qui doit nous interpeller dans le cas du génocide des Arménien-ne-s (Araméens, Chaldéens, Assyriens, Syriaques) c’est l’hypocrisie scandaleuse qui fait qu’à ce jour seuls quelques pays et organisations internationales ont reconnu le génocide.
Mais aussi qu’aujourd’hui l’indifférence vis-à-vis des Chrétiens d’Orient et en particulier des Yézidies, permette de les viser pour éliminer un peuple. A travers les femmes, les enfants, les vieillards et les hommes bien entendu.

La mémoire de la Shoah ne peut plus empêcher les manifestations antisémites; mêmes les plus débridées, aujourd’hui, tout comme le génocide arménien ne peut empêcher le nationalisme turc exacerbé d’ailleurs.
Pourtant la singularité du génocide ne peut apparaître comme subjective, comme juive, notre mémoire, nos mémoires doivent rejoindre celle de notre pays. Car notre mémoire, mais si nous revendiquons le droit d’en exprimer le devoir, concerne tout le monde, nous concerne toutes et tous. Et c’est pour cela qu’il est si important que nous nous rejoignions enfin dans une lecture commune des événements de la Shoah - lecture indissociable de celle de la Deuxième Guerre mondiale.
Toutes les victimes n’étaient pas juives, mais tous les Juifs étaient victimes. L’Autre, celui ou celle qui était différent-e, était persécuté-e voire assassiné-e.
Rappelons Elie Wiesel qui disait: « l’oubli signifierait danger et insulte. Oublier les morts serait les tuer une deuxième fois. Et si, les tueurs et leurs complices exceptés, nul n’est responsable de leur première mort, nous le sommes de la seconde ».
Il faut se souvenir et transmettre pour ne pas oublier, et afin d’éviter que l’histoire ne bégaye à nouveau. Et pour transmettre, pour lutter contre l’oubli, les négationnismes, il faut que chacun devienne un « passeur de mémoire »,
Demain j’espère que nous serons nombreux/ses au Mémorial à Ixelles et ensuite au Mémorial de la Shoah. Comme chaque année j’y serai.

Demain je me recueillerai devant le mémorial des Arménien-ne-s et je lirai les noms des déporté-e-s au Mémorial de la Shoah, car comme disait aussi Albert Einstein: « le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire » . Je refuse de regarder et laisser faire. #plusjamaisça #Neveragain

Twitter Facebook
21

Entreprenariat féminin

entreprenariat-feminin
J’étais ravie de pouvoir faire partie du panel consacré à « Entreprenariat féminin » dans le cadre du congrès du MR ce mercredi 19 avril et qui avait pour thème “entreprenariat & diversité introduit par notre président Olivier Chastel et conclut par notre premier ministre Charles Michel.
Pour différentes raisons. D’abord par ce qu’on parle souvent des femmes victimes et à juste titre 1 femme sur 3 dans le monde est victime de violences et 1 sur 5 de viol. Elles sont sous-représentées à tous les niveaux de prise de décision (politique, économique, finances,…) et dans 4 pays européens les femmes n’ont pas accès à un avortement sécurisé et légal.

Pourtant la force des femmes est inouïe, et au moins autant de femmes que d ‘hommes ont du talent !

Ensuite parce que dans l’entreprenariat seule 1 femme sur 3 est indépendante alors que les femmes y sont une plus value réelle puisqu’on estime qu’au bout de 3 ans une femme a créé 3 trois équivalents temps pleins contre 1,1 pour un homme. L’entrepreneriat est un élément clé de l’indépendance économique des femmes. Et souvent l’entreprenariat social féminin est une solution qu’elles recherchent pour arriver à l’autonomisation et participer à créer une société plus inclusive, solidaire, participative et égalitaire.
Enfin, par ce que l’entreprenariat social féminin est aussi un tremplin pour ces femmes issues de la diversité.
Egales mais différentes et toujours moins bien loties avec plus d’obstacles. Alors pourquoi ne pas créer un staut d’indépendant-e- ou d’entrepreneur/euse remplaçant-e- pour les aider lors d’un accouchement ou de maladies. Pas une idée à creuser ?

Voir mon intervention :
https://youtu.be/1xNheDRf144

Twitter Facebook
12

« Merci ! Revenez nous voir souvent »

20171104-inauguration-poubelle-intelligente-place-coq-01-photo-georges-strens-1

Les poubelles intelligentes débarquent à Ixelles !

Outil à la pointe du concept « Smart city » pour la propreté publique, les corbeilles compacteuses à énergie solaire, plus communément appelées « corbeilles intelligentes BigBelly » (gros ventre en anglais), offrent des solutions innovantes pour une meilleure gestion des déchets en milieu urbain. Née il y a une quinzaine d’années aux Etats -Unis, elle a déjà fait ses preuves dans de nombreuses mégapoles et débarque à Ixelles cette semaine !

C’est à l’initiative de l’échevine de la propreté Viviane Teitelbaum et dans le cadre d’une vaste campagne de lutte pour la propreté à Ixelles que la commune a prévu l’achat et l’installation d’une quinzaine de ces poubelles sur son territoire.
Fraichement arrivées, les 4 premières « Bigbelly » ont été installées aujourd’hui et vous pourrez les découvrir Place Fernand Cocq, Place du Châtelain, au Cimetière d’Ixelles et encore Place Sainte-Croix ( Flagey).

Cette poubelle de rue 2.0 compacte les déchets de sorte que l’on peut y mettre 8 fois plus de détritus que dans une poubelle normale. Munie de capteurs et d’un système de communication qui « alerte » les services quand elle est pleine, elle est également équipée d’un panneau solaire, et fonctionne 24h/24 en toute autonomie.

« Ce système permet de faire huit fois moins de tournées, soit une économie de temps, d’énergie et d’argent ! Et plus de temps pour les agent-e-s qui peuvent faire d’autres tâches dans la commune ! » explique Viviane Teitelbaum.

Avec cette action, c’est un véritable impact positif sur la propreté publique que l’Echevine vise au moyen de cette initiative. A sa demande expresse, ces poubelles contiennent toutes un cendrier intégré, entièrement métallique et fermé, sans aucune connexion avec le bac collecteur, des informations sur les parois, et un message lorsqu’on l’a utilisée : « Merci, revenez nous voir souvent ! »

voici ma présentation: https://www.youtube.com/watch?v=7sf2QgAQVmI&feature=youtu.be

Twitter Facebook