septembre « 2016 « Le blog de Viviane Teitelbaum

Archive pour septembre 2016

19

Caméras à Matongé : plus de surveillance et davantage de respect

Communiqué

Dans le quartier ixellois de « Matongé » les incivilités de tous types sont légions. Il est malheureusement courant de voir des encombrants joncher la chaussée de Wavre et autour des points de récolte que sont les conteneurs, les déchets débordent et ces endroits sont trop souvent dans un état déplorable ! Déterminée à rendre Ixelles plus propre, et après des années de sensibilisation, la commune a investi dans l’installation de caméras de surveillance aux abords des conteneurs situés rues de Dublin, d’Edimbourg et E. Solvay. Car après la prévention, vient l’heure des sanctions.

Ces caméras détecteront automatiquement les mouvements suspects autour de ces conteneurs. Les preuves ainsi récoltées par les agents constatateurs, grâce aux images prises par ces caméras (qui dans un premier temps fonctionneront en rotation sur les trois sites et ensuite de manière permanente partout) seront envoyées au Fonctionnaire sanctionnateur qui imposera de lourdes amendes aux auteurs d’infractions.

Comme le souligne Viviane Teitelbaum, Echevine en charge de la Propreté publique à Ixelles, « la masse d’encombrants déposée chaque jour autour des conteneurs est inacceptable et rend le quartier invivable pour ceux et celles qui en sont voisin-e-s. Dès lors, il est aujourd’hui essentiel de se munir d’outils technologiques pour réprimer vigoureusement ceux qui souillent la voie publique et surtout dissuader les auteur-e-s potentiels d’incivilités de commettre leurs méfaits ».

Outre ces caméras, la Commune d’Ixelles espère que les prochaines actions et une collaboration plus étroite avec l’agence Bruxelles-Propreté, et certains changements dans le fonctionnement des points de collectes permettront de rendre ce système de gestion des déchets par conteneurs une réussite, comme il l’est d’ailleurs dans d’autres villes d’Europe.

Twitter Facebook
03

Heritage Sunday

uptown-4-septembre« Uptown » met le patrimoine en avant

Ce dimanche 4 septembre, les commerces du Haut de la Ville ouvrent leurs portes. Le patrimoine du quartier sera, cette fois, mis à l’honneur à l’occasion de visites guidées.

Chaque premier dimanche du mois, les commerces du Haut de la Ville (1) ouvrent leurs portes. Les communes d’Ixelles et de Saint-Gilles, ainsi que la Ville de Bruxelles s’associent pour rendre ces journées à la fois commerciales, conviviales, familiales et culturelles. Toutes ces activités sont regroupées sous le label « Uptown ». Cette troisième édition se tiendra à Ixelles, le dimanche 4 septembre, autour du thème du patrimoine.

Pour cette journée Uptown, le service du Commerce associe le service du Patrimoine, « afin de combiner l’intérêt pour l’histoire de la ville au plaisir de faire son shopping dans une ambiance conviviale».

Des visites guidées mettront en avant l’attractivité de l’avenue de la Toison d’Or et la qualité résidentielle des rues adjacentes : explication du contexte urbanistique dans lequel s’inscrit le quartier ; description des différents styles architecturaux, des cafés, des cinémas et des boutiques de luxe ; explications sur l’évolution de l’habitat ; passage par la rue Keyenveld et l’hôtel Art Déco de la rue du Berger où des personnalités sont nées (comme Audrey Hepburn) ou y ont séjourné, … En outre, ces visites permettront aussi aux visiteuses et visiteurs de retracer un pan plus sombre de notre histoire en en parcourant la rue des Chevaliers où un d « Pavé de Mémoire » a été placé devant la demeure de victimes du régime nazi.

Deux départs seront organisés, à 14h et à 16h devant l’Institut supérieur pour l’étude du langage plastique (ISELP), 31 Bd de Waterloo.

(1) Quartier Louise (Place Stéphanie, Goulet Louise et les rues Stas,
Dejoncker et Jourdan), les Bd de la Toison d’Or et de Waterloo, la rue et la Porte de Namur, les Galeries Louise et Toison d’Or.

Twitter Facebook
02

La STIB recrute… des hommes ?

A nouveau je dénonce la politique de recrutement de la STIB, et en particulierles nouvelles campagnes. En effet, les offres d’emploi ne sont jamais déclinées au féminin malgré les nombreuses déclarations du gouvernement bruxellois exprimant la volonté d’aller vers plus de mixité.

S’il est vrai que la mention « h/f /x » est bien présente à côté des postes vacants, les termes ne sont jamais féminisés. Pourtant, d’autres organismes et communes comme à Ixelles ou l’ABP ont pris le pli de proposer notamment un poste de « Coordinateur/Coordinatrice de l’équipe de communication de terrain (h/f/x) ».
Lorsque j’ai regretté et dénoncé en janvier dernier qu’il n‘y ait que 9% de femmes travaillant à la Stib, la porte-parole Cindy Arren a déclaré : (…)Depuis des années, nous menons des campagnes de recrutement destinées aux femmes. Et elles portent leurs fruits puisqu’on constate qu’il y a de plus en plus de femmes qui postulent chez nous, notamment aux postes de conduite où le nombre de femmes a nettement augmenté. Et nous poursuivons ces efforts. »
Force est de constater que la parole n’est pas toujours accompagnée d’actes ,

Cette habitude, pourtant si simple, de féminiser les offres d’emploi pourrait faire sauter de nombreuses barrières car les femmes comprendraient que ces offres s’adressent aussi directement à elles. Ce qui à son tour permettrait à des femmes sans emploi, voire sans formation, de travailler et ainsi d’améliorer leur situation économique et donc leur indépendance et leur émancipation. Car « tout est dans tout et réciproquement » rappelait Pierre Dac.

Twitter Facebook