janvier « 2014 « Le blog de Viviane Teitelbaum

Archive pour janvier 2014

27

Ces enfants qui perpétuent la Mémoire de la shoah…

bruxelles_paves_de_memoire_nussbaum_3 Le 27 janvier 1945 les forces soviétiques entrent dans le Camp de concentration et d’extermination de l’Allemagne nazie, et libèrent Auschwitz-Birkenau. Depuis plusieurs années, en cette « Journée de la Mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité » nous rendons hommage partout dans le monde aux victimes de la Shoah.

Ce 27 janvier avant d’aller au Parlement Européen pour une séance académique d’hommag, je me suis rendue à Molenbeek pour la pose des pavés de Mémoire également en présence de survivants, mais aussi en présence d’enfants de deux écoles. Belges, souvent d’origine marocaine, ces garçons et ces filles m’ont ému aux larmes. Ils ont raconté leur rencontre avec les événements de la 2ème Guerre Mondiale, leur découverte des horreurs que cela représente. Ils ont déclamé avec force et dans un langage clair cet apprentissage de la Shoah. Ils avaient lu le journal d’Anne Frank en classe et jour là et ils ont chanté l’histoire de la petite « Sarah » de Jean Jacques Goldman.

Sur place, nous avons ensuite inauguré ces pavés de la Mémoire. Il s’agit de pavés de 10 cm de côtés, recouverts d’une plaque de laiton gravée au nom des victimes du nazisme. Ils ont été posés dans les trottoirs devant (ou presque car certains habitants ne veulent pas d’un symbole juif devant leur porte!) les maisons où habitaient ceux qui ont été arrêté, déportés et assassinés.

Ce jour-là, Chil Elberg à fait poser 2 pavés devant le 14 rue de la Princesse, aux noms de ses parents Joseph ELBERG et Hinda Estera ELBERG-BITTER assassinés à Auschwitz. Gisèle Gorbitz en a fait poser 2 devant le 87 chaussée de Gand, où vivaient ses tantes maternelles Doba Dora LIBESKIND assassinée à 16 ans et Szifra Léa LIBESKIND assassinée à 18 ans.

Même si ce n’est pas encore le cas partout, et dans certaines écoles de notre Région l’enseignement de la Shoah ne se fait plus ici, les enfants ont écouté les discours avec attention. Ils étaient émus par l’Histoire, mais pas tant que moi, émue de les voir, de les entendre, car c’est à travers leur regard que l’avenir pourra se construire.

Et soyez assurés, d’une chose, au nom de la démocratie, au nom de ceux qui ont perdu leur vie, au nom de ceux qui pleurent encore leurs familles disparues, et pour garder notre intégrité et notre dignité, je n’oublierai jamais et continuerai à me battre pour la Mémoire car elle nous concerne toutes et tous.

Twitter Facebook
24

à la rtbf émission “connexions” … le droit au choix…

discours2Pour ceux et celles qui n’ont pas pu écouter connexions ce 22 janvier, mais qui souhaitent un rattrapage, voici le lien: cliquez ou copiez
http://www.rtbf.be/radio/podcast/player?id=1887634&channel=lapremiere

Twitter Facebook
24

sur euronews je défends le droit à un avortement légal et sécurisé

http://fr.euronews.com/2014/01/24/l-avortement-en-question/ euronews

Dans cette édition de Utalk, gros plan sur l’avortement avec la question de Julie de Paris :

“La volte-face du gouvernement espagnol sur la question du droit à l’IVG (l’interruption volontaire de grossesse) semble faire craindre un retour en arrière pour les droits des femmes en Europe. Qu’en pensez-vous ?”

Deux militantes lui répondent : Virginie Mercier du collectif “En Marche pour la Vie” et Viviane Teitelbaum du Lobby européen des Femmes.

- Virginie Mercier, porte-parole de “En Marche pour la Vie”, collectif français fondé à l’occasion des trente ans de la loi Veil sous le nom de “30, ça suffit”, ce collectif réunit 13 associations pro-life :

“Dans cette question de l’avortement, il ne s’agit pas seulement du droit des femmes, mais d’abord du droit de l’enfant à naître. Il y a cet enfant qui est là in utero et qui a aussi sa liberté, son propre corps et sa liberté de vivre.
Donc je crois qu’il ne s’agit pas seulement du droit des femmes et que loin de constituer pour l’Espagne un retour en arrière, il s’agit véritablement d’un progrès humain puisque c’est la reconnaissance de l’humanité de cet enfant conçu in utero. N’importe quel scientifique vous dira que dès la conception, il y a la vie.
Notre collectif milite pour l’avortement zéro dans la mesure où si vie humaine il y a, reconnaître un droit de mort sur une vie humaine n’est pas acceptable. Maintenant, nous sollicitons du gouvernement français, une vraie politique d’accueil et d’aide aux femmes enceintes en difficulté autre que celle qui est le recours systématique à l’avortement. Donc bien évidemment à terme, nous sollicitons l’abrogation de la loi Veil pour une vraie politique d’accueil de l’enfant.”

- Viviane Teitelbaum, présidente du Lobby européen des Femmes qui oeuvre pour la parité dans les sphères publique et privée à travers l’Europe :

“La question des droits sexuels et reproductifs et donc dans ce cadre-là, du droit à l’avortement est aujourd’hui un enjeu démocratique. Il dépasse largement le cadre du choix des femmes parce qu’il concerne pour moi, les valeurs démocratiques et qu’il touche au concept même de l‘égalité hommes-femmes. Donc le droit à l’avortement doit rester un choix.
Le projet de réforme de la loi en Espagne est un recul : ce n’est pas un petit recul, c’est un recul très important. Dans le même temps, le Parlement européen a décidé que la question de l’avortement resterait une compétence nationale et qu’il ne souhaitait pas légiférer au niveau du droit européen.
Un embryon de quelques semaines n’est pas un enfant qui choisit de vivre ou non, on n’est quand même pas dans ce registre-là. Mais nous pensons qu’effectivement, il faut protéger la vie et donc, commençons par protéger la vie de ceux et celles qui vivent.
Cela devrait nous amener à une réflexion sur l’importance de l‘éducation à la vie sexuelle et affective. Cela doit aussi amener une réflexion sur la contraception. Bien entendu, ce n’est pas un choix facile, mais il est donc d’autant plus important que ce choix se fasse dans de bonnes conditions physiques, de santé et d’accompagnement psychologique des femmes. C’est cela que nous privilégions.”

Twitter Facebook
15

Etincelant 2014!

voeux-2014-copie1
copier le lien ou cliquez sur : http://www.youtube.com/watch?v=0iREII4-wVw&feature=youtu.be

Twitter Facebook
11

Caves de la Gestapo classées!

dh-caves-gestapocopie

Twitter Facebook
09

La propreté grâce aux conteneurs: un projet-pilote à Ixelles

conteneurs-matonge
Depuis le 23 décembre 2013, Ixelles expérimente un nouveau système de collecte des déchets par conteneurs à Matongé .

Le but de ce projet-pilote mis en place, en collaboration avec la Région, est d’accroître la propreté de la voie publique, tout en facilitant les vie des gens.

Les habitant-e-s et commerçant-e-s des rues visées par ce projet peuvent en effet y déposer leurs déchets à toute heure du jour et de la nuit. Bien entendu, le tri reste obligatoire (conteneurs de différentes couleurs) et la vidange de ces conteneurs a lieu plusieurs fois par jour.

L’accueil réservé à ce nouveau système par la majorité de la population et des commerçants est excellent. Ceux-ci constatent déjà une nette amélioration de la propreté dans leur quartier.

Je suis moi-même très enthousiasmée par ce projet pour différentes raisons : dans ce quartier ixellois l’amoncellement de poubelles était tel qu’il engendrait des problèmes de vivre-ensemble et abimait le quartier qui était régulièrement défiguré et sali par ces immondices. Ces sacs poubelles sur la voie publique (sans parler de ceux déposés en dehors des horaires autorisés) engendraient – déchirés et ouverts - parfois même des problèmes d’hygiène.
A l’inverse, les conteneurs - utilisés dans beaucoup de villes européennes -permettent de centraliser un maximum de déchets, en limitant le risque d’écoulement ou de déversement.

Si cette initiative devait être à terme un succès, je plaiderai en faveur de son extension. Je reste en effet convaincue qu’il faut toujours avancer et adapter sa manière d’agir à la réalité du terrain. La Région Bruxelloise a besoin d’une vision stratégique. Et la coopération sur ce projet est une réussite.
Donc, qui sait, peut-être qu’un jour Bruxelles disposera de conteneurs enterrés ?

Pour en savoir plus, voir le reportage : http://www.telebruxelles.net/portail/info/255-info-regionale/29368-des-conteneurs-pour-les-poubelles-en-test-a-matonge

Twitter Facebook