avril « 2013 « Le blog de Viviane Teitelbaum

Archive pour avril 2013

28

Présentation de mon premier Budget à Ixelles

teitelbaum
Aller vers l’équilibre en 2015 pour éviter la tutelle régionale et garder notre indépendance, sans augmenter les impôts en équilibrant les mesures de dépenses et de recettes, et en préservant le pouvoir d’achat des Ixellois-es, voilà le but de cette majorité.
Ixelles est une commune particulière qui allie vivre-ensemble à de nombreux services offerts, non seulement aux Ixellois mais plus largement aux Bruxellois-es et à de nombreux visiteurs : un musée, des théâtres, des écoles, des crèches, un stade, une piscine, un cimetière, un centre de santé. Elle a aussi sur son territoire : universités, parlement européen, académie, écoles techniques et professionnelles, bibliothèques, le « Flagey », résidences pour personnes âgées, de nombreux noyaux commerçants, tout en étant le premier pôle Horeca de la région… Tout cela enrichit la commune pour le plus grand bénéfice de ses habitant-e-s, et visiteurs, mais cela a aussi un coût. Et pour pouvoir maintenir cette offre variée et une population diversifiée nous prenons les mesures nécessaires tout en préservant les plus démunis, nos missions sociales et légales. Equilibré et juste.
Mais je suis aussi ravie de vous dire que pour l’avenir, afin de présenter des budgets genrés, lisibles et transparents, le Collège souhaite avancer vers une intégration du genre dans la planification budgétaire, afin d’appliquer une approche sensible au genre à toutes les étapes du processus budgétaire et d’y intégrer l’égalité entre les femmes et les hommes.
Et que de plus, nous sommes en train de travailler pour voir s’il est possible d’intégrer dans le règlement une délibération, qui permettra à la commune d’Ixelles d’être la première commune à ne pas être une « commune proxénète ». En effet, diverses taxes sont prélevées sur des activités découlant de l’exploitation sexuelle d’autrui. Or le proxénétisme et toute marchandisation du corps est interdite en Belgique puisque notre pays a ratifié la Convention des Nations Unies de 1949 concernant « La traite des êtres humains à des fins d’exploitation sexuelle », ce qui désigne l’ensemble des opérations en vue de l’exploitation sexuelle d’êtres humains, comme indissociable de la prostitution.
Comme la commune d’Ixelles a dans son règlement diverses taxations qui peuvent éventuellement servir à tirer profit de la prostitution et qu’elle ne souhaite pas être en violation de la loi, nous sommes en train d’examiner comment affecter le résultat de ces taxes à la mise en place de politiques de prévention de la lutte contre les violences faites aux femmes (violences conjugales, intrafamiliales, sexuelles ou des suites de la prostitution).

Voir l’interview sur télébruxelles.be http://telebruxelles.net/portail/emissions/magazines-a-voir-en-ligne/linterview

Twitter Facebook
28

Antisémitisme: un manque de positionnement ferme face à la recrudescence

pac-molenbeek
Parce que j’estime qu’il faut mettre fin à la langue de bois, et qu’il faut lutter plus efficacement contre la recrudescence de l’antisémitisme j’ai interpellé une fois encore le Ministre Président suite à la caricature du PAC de Molenbeek. Le ministre Président admet volontiers que “En matière d’antisémitisme, je suis frappé par le fait qu’il se nourrisse de la mondialisation financière et de ses dégâts pour l’assimiler à la communauté juive. Ce discours émane en effet de certains milieux. De manière générale, les conflits déchirent les groupes de la société civile.” Il ajoute, et avoue également: ” Que n’autorisons-nous pas au nom de la liberté d’expression ? Au nom du droit de manifester ou encore au nom du relativisme culturel, qui expliquerait certains comportements ?”
Interpellation de Mme Viviane Teitelbaum à M. Charles Picqué, ministre-président du Gouvernement de la Région de Bruxelles-
Capitale, chargé des Pouvoirs locaux, de l’Aménagement du Territoire, des Monuments et Sites, de la Propreté publique et de la Coopération au Développement, concernant “le suivi de la résolution relative à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie dans le cadre de l’actualité récente”.
Ce n’est pas la première fois que je vous interpelle sur la question de l’antisémitisme, malheureusement. Les rapports et statistiques ne sont guère réconfortants, que ce soit pour le pays dans son ensemble ou pour la Région bruxelloise.
Le 20 mai 2005, le parlement régional bruxellois adoptait une résolution relative à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie et enjoignait les gouvernements fédéral, régionaux et communautaires ainsi que les communes, à prendre des mesures et à développer une série d’initiatives visant à rencontrer cet objectif.
Nous leur demandions notamment de se porter garants de la dignité, de la liberté individuelle et des droits égaux pour tous, de combattre toute forme de discrimination et de poursuivre toutes formes de violences physiques ou verbales basées sur 19 critères de discrimination dont la naissance, la prétendue race, le sexe, l’orientation sexuelle, la langue, etc. Nous recommandions aux différentes entités de poursuivre de façon systématique les auteurs d’actes racistes, antisémites et xénophobes et d’optimaliser la coopération judiciaire en vue de lutter plus efficacement contre leur diffusion sur internet où les chiffres sont vraiment alarmants. L’assemblée régionale prescrivait également la condamnation et la poursuite de toute expression de révisionnisme ou de négationnisme.
Un volet préventif était également développé avec, entre autres, la demande de promotion d’une politique d’égalité des chances en matière d’emploi et de logement et l’organisation de formations à destination du personnel engagé dans le cadre des Contrats de sécurité et de prévention. Que ce soit vis-à-vis des instituteurs, par exemple, par rapport au négationnisme relatif à la Shoah ou aux génocides des Arméniens ou des Tutsis. Il s’agissait notamment de les doter d’arguments forts lorsqu’ils sont confrontés à des discriminations ou à des réflexions racistes, par exemple concernant l’histoire de l’immigration dans notre pays. L’ignorance de cette histoire débouche malheureusement souvent sur des discriminations ou des comportements racistes anti-arabes ou anti-musulmans.
Un aspect particulièrement important de la prévention est la sensibilisation des jeunes aux phénomènes du racisme et de l’antisémitisme au travers de projets et d’activités ludiques dans les écoles, les associations, les centres sportifs et les autres lieux d’échanges. Cette proposition invite à poursuivre toutes formes de violences physiques ou verbales basées sur les critères que j’ai énumérés et de sanctionner de façon systématique les auteurs d’actes racistes.
Elle demande également de condamner toute tentative de récupération visant à l’incitation à la haine des événements géopolitiques au Moyen-Orient en mots ou en actes contre les musulmans ou les Juifs à Bruxelles.
La proposition inclut aussi de mettre en œuvre, dans le cadre de la politique de cohésion sociale, tous les moyens nécessaires aux dialogues intercommunautaire et interculturel, ainsi qu’à l’information des citoyens quant à l’évolution, aux dangers et aux conséquences de la recrudescence de ces différentes formes de racisme.
Enfin, elle préconise d’appuyer les projets dont l’objectif est de déconstruire les préjugés racistes au sein des écoles, des associations, des centres et de tout autre lieu d’échange.
Je vous ai interpellé à plusieurs reprises sur l’antisémitisme dans les matchs de football, dans les écoles, lors de manifestations et même, récemment, concernant l’étude intitulée “Jong in Brussel”.
Cet antisémitisme émane de beaucoup de milieux extrémistes fort variés. Plus récemment encore, une autre étude faite à la demande du gouvernement, avait fait état de chiffres alarmants, en particulier auprès des élèves de confession musulmane.
Lire le reste de cet article »

Twitter Facebook
28

Retour de Tunis : la force des femmes !

atfd-tunisEn tant que présidente du Conseil des Femmes Francophones de Belgique je me suis rendue à Tunis pour réaffirmer notre soutien aux femmes tunisiennes et répondre à une demande de ces dernières rencontrées lors de la cession à l’ONU de la commission sur le Statut de la Femme. « On a besoin de vous, de votre solidarité ». Et nous y avons répondu positivement.
J’ai pu constater le dynamisme de ces femmes qui ne sont pas prêtes à renoncer à leurs droits, à leur victoire sur la dictature pour se laisser enfermer par une autre idéologie qui limiterait une fois encore leurs libertés ! Pour elles, « la liberté ne peut être que toute la liberté ; un morceau de liberté n’est pas la liberté ».
Ces femmes que nous avons rencontrées dans les mouvements associatifs sont résolument démocrates, laïques (pour la séparation entre la religion et l’Etat) et dans l’action. Elles affrontent avec courage les dangers au quotidien, mesurent les enjeux et agissent avec détermination.
Nous resterons à leurs côtés, car ensemble nous avons identifié des partenariats possibles, que nous tenterons, - si nous en recevons les moyens- , de mettre en œuvre.
J’estime que nous ne pouvons regarder ailleurs, leur tourner le dos ou rester indifférent-e-s aux défis qui se présentent à elles. Car elles ont à tout à perdre ou à gagner. Rappelons-nous ici, dans le confort de nos démocraties cette citation d’une féministe Rosa Luxembourg (de gauche, certes) que « la liberté c’est toujours la liberté de l’autre »

Twitter Facebook
22

Une « brigade des squares » à la Propreté publique d’Ixelles

canettesdetritus-1Une « brigade des squares » à la Propreté publique d’Ixelles

La semaine passée, le service de la Propreté publique de la commune a lancé sa « brigade des squares », une organisation qui renforcera la propreté et la convivialité des espaces verts.

La réorganisation et la rationalisation des services tendent ainsi vers une meilleure répartition des compétences entre les services de la propreté publique (nettoyage et petit entretien) et des plantations (horticulture).

Les squares, les bosquets, les chemins, les pelouses et autres espaces verts publics n’en seront que mieux nettoyés et entretenus.

En pratique, six agents communaux seront sur le terrain 5 à 7 jours sur 7 afin :
- de débarrasser nos espaces verts publics de nuisances telles que les crottes de chiens, feuilles mortes et déchets divers ;
- d’arracher les mauvaises herbes aux pieds des arbres ;
- de dresser des constats à l’encontre des propriétaires de chiens omettant de ramasser les déjections canines.

Le printemps devrait être plus convivial à Ixelles!

Twitter Facebook