février « 2013 « Le blog de Viviane Teitelbaum

Archive pour février 2013

24

Pourim toujours d’actualité ?

file-1Pourim nous apprend, entre autres, comment en modifiant sa conduite, le peuple juif a pu combattre le Mal et transformer ainsi le cours de son Histoire. Par son courage la Reine Esther a combattu la haine d’Hamman et ainsi renversé le sort.

Si on analyse l’Histoire librement d’un point du vue plus citoyen, on pourrait aisément dire que Pourim est une leçon sur le combat contre l’antisémitisme, sur l’intégration et la solidarité et sur la signification du vêtement.

Hamman le persécuteur, le fourbe, représente l’antisémtisme constant à travers les siècles et la Reine Esther le courage puisqu’elle intervient au péril de sa vie. A Pourim l’obscurité est transformée en lumière. Il ne s’agit plus seulement de soumettre le Mal et de l’anéantir comme dans les autres exils, mais de le transformer en Bien.
La relation reste directe avec l’enseignement et la transmission puisque également ici le judaïsme exige à Pourim : « Zakhor, « souviens-toi et transmets ». Transmettre pour pouvoir combattre. Et resister à cet antisémitisme aux multiples visages et toujours présent malheureusement.

L’intégration, puisque les Juifs de Perse sont intégrés à leur nation et trouvent leur salut dans une intervention humaine qui renforce leur présence dans leur pays d’accueil. Ces événements débouchent alors sur la demande Mardochée ( l’oncle de la Reine Esther) qui ne fait aucune demande religieuse mais intercède plutôt afin que l’on procède à des dons aux démunis et que l’on fasse des échanges de colis alimentaires…

La démarche des déguisements de Pourim feraient écho à la confusion des sens, comme pour indiquer que l’on ne sait plus qui est qui. Ainsi, pour la bible accepter de se déguiser à Pourim, c’est d’une certaine façon accepter, dans la joie, de changer, d’essayer de transformer le Mal - qui est en nous - en Bien. Soit.
Mais si l’on transpose cela à aujourd’hui on peut dire avant tout que l’on met en avant la variété et les couleurs, qui nous permettent de prendre conscience de la diversité, de la richesse et de la complexité de la nature humaine.
Le vêtement, c’est donc l’habit qui nous caractérise, c’est l’élément extérieur qui reflète notre personnalité et notre façon d’être. Et donc je ne peux m’empêcher de réfléchir au foulard, au voile, qui est l’étendard politique des salafistes, qui tout en se référant aux principes d’égalité, imposent aux femmes de vivre selon un code qui fait d’elles des mineures sur le plan juridique, des femmes soumises renonçant à toute perspective d’égalité. Et donc ce voile, ce vêtement qui n’est pas un simple morceau de tissu, fait partie intégrante d’un projet de société qui limite les droits démocratiques – et pas seulement ceux de la femme. Il est l’exigence d’une minorité qui cherche à couper des membres de leur communauté des sociétés dans lesquelles ils vivent et on cherché à s’intégrer. On voit donc qu’il est finalement facile de détourner la richesse et la complexité de nos sociétés pour dresser des murs et abolir la personnalité au nom d’une doctrine.

On est loin de ces fêtards de Pourim en costume et de la tradition du livre d’Esther, mais je n’ai pu m’empêcher d’y penser et j’ai voulu partager cette réflexion sur nos valeurs démocratiques avec vous…
Hag Pourim Sameah!

Twitter Facebook
16

Et même quand le balayeur balaie…

photo2crasses

Vendredi fin d’après midi la rue est propre. Cette fois le balayeur a vraiment bien fait son boulot, je l’ai vu. C’est gai.
Samedi matin les hommes de Bruxelles-Propreté passent ramasser les sacs poubelles. On est contents me direz-vous, ils n’ont pas oublié notre rue! Mais à peine passés la rue est jonchée de crasses. Même au milieu… Tiens, un riverain ramasse et met le tout près de la corbeille. Quelques heures plus tard un sac poubelle se rajoute alors que le camion est passé le matin… mais ça notre citoyen le sait sûrement… une heure après encore un 2è sac….
Alors me direz -vous il faut que la commune passe ramasser … bien entendu elle le fera peut-être encore dimanche sinon lundi matin… mais … d’ici là le dépôt clandestin aura sans doute encore augmenté en volume…
photo4
Comme quoi même si le balayeur fait son travail, même si les riverains sortent leurs poubelles à heure et à temps… d’autres arrivent à tout salir… manque de professionnalisme pour Bruxelles - Propreté qui salit en nettoyant et manque de civisme des ixellois … La preuve que la saleté appelle la saleté…

Twitter Facebook
16

Rise up, stand up, je réponds sur Euronews!

dancing-euronews
Reportage contre les violences faites aux femmes et les flashmob OBR dans le monde
http://www.euronews.com/2013/02/14/dancing-demos-to-end-violence-against-women/

Streets and squares and parks throughout the world have been reverberating to millions of feet dancing to the same tune.

It is all part of the ‘One Billion Rising’ campaign to end violence against women. Around 200 countries have taken part.

It is the brainchild of the playwright Eve Ensler, prompted by a shocking statistic that one in three women will be the subject of violence at some point in her life. That is a billion people.

In Brussels, the choreographed moves were followed by an hour of free dance expression.

At the dance event in the Place de la Monnaie, the president of the European Women’s Lobby, Viviane Teitelbaum told euronews: “It’s important to make people more aware, so we can try to legislate, not only in European countries but more widely throughout the world. And once we’ve legislated, there should be zero-tolerance for violence against women.”

There was a specially written song for the day – Rise Up, Stand Up was the soundtrack for the Valentine’s Day voice against violence.

Reporting from the dance our correspondent in Brussels, Marta Vivas Chamorro said: “Thousands of associations and organisations around the world have joined this campaign with different events. Here as well as dancing they want also to make 2015 the European Year Against Gender Violence.”

Twitter Facebook
13

Je condamne! A quand une déclaration du PS pour se distancier de tels propos et les condamner ?

ikazbanOrdure: nom féminin, personne méprisable, abjecte; synonyme : salaud.
Sioniste : étymologie : de l’hébreu Sion, nom des collines de Jérusalem, personne favorable au mouvement qui visait à la restauration d’un État juif en Palestine, à l’origine de l’État d’Israël.
Comme le rappelle l’historien Georges Bensoussan, “le sionisme est tout simplement l’espoir, une refondation et l’essence d’un petit peuple qui a voulu poser sa valise en son lieu d’origine pour s’y installer enfin. C’est en ce sens que le sionisme est lié à cette révolution politique de l’Occident que constitue la naissance du sujet. Une révolution qui, dans sa foulée, ouvre le chemin à une identité juive sécularisée. Entre le maintien de l’orthodoxie et le risque de l’assimilation, la nation offre une troisième voie à ceux qui entendent demeurer les “fils de leurs pères “.
Antisioniste, celui qui pour qui les Juifs seraient devenus par le truchement du sionisme les parangons d’un nouveau racisme et les défenseurs d’une nouvelle forme d’apartheid. “Par conséquent, les ennemis de la démocratie voire, in fine, du genre humain. Ils ne visent pas le seul Etat d’Israël” – comme l’explique toujours G. Bensoussan, - “mais la condition juive où qu’elle se trouve dans le monde dès lors que le sionisme, comme mouvement de décolonisation du sujet, déborde les frontières de ce minuscule Etat. Ils récusent les Juifs dans leur volonté d’être un peuple”.

Député : étymologie : du latin deputatus, envoyé, délégué. Personne élue, chargée de représenter une collectivité, le peuple, dans une assemblée délibérante. Ainsi il participe au travail législatif et au travail de contrôle du Gouvernement.

Jamal Ikazban, député bruxellois, considéré comme un proche de Philippe Moureaux, est le seul élu francophone à avoir signé la pétition réclamant le retrait du mouvement islamiste Hamas de la liste européenne des organisations terroristes. Ouvertement antisioniste, aujourd’hui il a twitté en traitant Claude Moniquet « d’ordure sioniste ». Il est temps pour M. Ikazban de réaliser que comme représentant politique élu au sein d’une formation démocratique dans un pays démocratique, il a des responsabilités. Le respect de l’autre, les valeurs fondamentales de notre société en font partie. A quand une déclaration du PS pour se distancier de tels propos et les condamner ?

Twitter Facebook
12

L’installation d’une troisième voie de tram boulevard Général Jacques!

Mon interpellation de Mme Viviane Teitelbaum à Mme Brigitte Grouwels, ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée des Travaux publics et des Transports, concernant “l’installation d’une troisième voie de tram boulevard Général Jacques”.

phpthumb_generated_thumbnailjpgM. le président.- La parole est à Mme Teitelbaum.
Mme Viviane Teitelbaum.- Parmi les projets inscrits au budget 2013, on retrouve l’intention de la Région d’aménager une troisième voie de tram au boulevard Général Jacques et au rond-point de l’Étoile.
En l’absence de précisions complémentaires on est surpris de l’existence de ce projet, qui aurait pu être présenté en même temps que celui envisagé à l’avenue Buyl. N’eût-il pas été plus rationnel de faire état de cet élément supplémentaire en simultanéité avec le projet de l’avenue Buyl ?
À première vue, la justification d’une voie supplémentaire peut surprendre vu qu’il existe, à proximité immédiate, un dépôt susceptible de recevoir les trams devant effectuer une manœuvre de rebroussement.
De surcroît, le tronçon compris entre le rond-point de l’Étoile et l’avenue Buyl est très fréquemment fort encombré et engendre des blocages souvent importants tant pour les trams que pour les automobilistes qui souhaitent traverser l’axe formé par le boulevard Général Jacques.
En effet, les travaux fort coûteux de mise en site propre du tram au boulevard de la Cambre n’ont malheureusement pas permis aux trams de gagner du temps, vu qu’ils se trouvent, à plusieurs reprises, englués dans l’encombrement soit du rond-point de l’Étoile, soit au carrefour Demot / Roosevelt.
Voilà un exemple d’investissement qui n’apporte pour l’usager du transport public aucune amélioration significative !
Malgré ce constat, le département Mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale semble persister dans son raisonnement de lancer des travaux qui n’apportent que très peu d’avantages supplémentaires à l’usager des transports en commun. En effet, il n’existe dans ce type d’opération aucune extension de ligne et aucun abandon de rupture de charge susceptible d’améliorer le temps de déplacement pour l’usager.
S’il faut en croire un article paru dans la presse, le chantier envisagé au boulevard Général Jacques consiste à placer une troisième voie qui serait empruntée par le tram 94 se dirigeant vers le Musée du Tram pour ainsi faciliter la progression du tram 7 en direction du Heysel.
À vrai dire, voilà un bien vaste chantier pour de faibles gains, car on ne trouve pas systématiquement un tram 94 précédant un tram 7 !
En revanche, même si certains considèrent ce fait comme peu important, l’espace réservé au trafic automobile se trouvera amputé d’une bande de circulation. Cette situation affectera l’ensemble des usagers, puisque le ralentissement de la circulation automobile, freinée dans sa progression par cette suppression de bande, aura des retombées sur le déplacement des trams.
Faut-il un tel chambardement pour des résultats qui risquent d’être marginaux et d’ajouter à la confusion déjà existante conséquente aux aménagements effectués au-delà du carrefour de l’Étoile ?
La création d’une troisième voie de tram au boulevard Général Jacques va-t-elle entraîner la suppression d’une bande de circulation pour les automobilistes ? Dans l’affirmative, cette mesure ne risque-t-elle pas d’augmenter les encombrements dans cette zone et avoir inévitablement des répercussions sur la progression des trams, annihilant ainsi tous les effets escomptés d’une telle mesure ? Je sais que poser ces deux questions, c’est déjà y répondre.
Quelle est l’estimation du coût de ce chantier ? De tels montants ne seraient-ils pas plus utilement utilisés pour améliorer les fréquences sur d’autres lignes, voire pour les consacrer à des extensions de réseau dont les usagers seraient les grands bénéficiaires ? Je pense ici bien évidemment au métro.

La ministre Grouwels que cela optimise la Vicom et que c’est nécessaire pour la sécurité et le confort des nombreux voyageurs des trams sur la moyenne ceinture. (…) À l’aide de ces données, Bruxelles Mobilité a finalisé la proposition de projet de la STIB, pour en faire un beau projet dans lequel le boulevard Général Jacques, qui est pour le moment un vaste espace sinistré, pourrait redevenir un boulevard digne de ce nom. Le projet prévoit un double alignement d’arbres au milieu de la voirie, ainsi qu’une piste cyclable séparée le long du trottoir. Un maximum de places de stationnement sera conservé.
Au niveau des carrefours, la troisième bande de circulation sera conservée sous la forme d’une voie de tourne-à-gauche, ce qui renforcera la sécurité. Les trois voies de circulation seront donc maintenues à l’approche des carrefours.
Le coût total du projet est estimé à 5,5 millions d’euros. La troisième voie, dont le coût est de 700.000 euros, est une importante amélioration pour la fluidité du trafic des trams et aussi pour la circulation automobile. Elle permettra en effet une meilleure gestion des feux de signalisation.
(…)
M. le président.- La parole est à Mme Teitelbaum.
Mme Viviane Teitelbaum.- Vos réponses ne font que me conforter dans ma conviction que le métro est une nécessité dans cette ville et qu’on ne peut pas faire abstraction des voitures. Et sur l’axe du boulevard Général Jacques, je n’ai pas vu souvent les voitures rouler plus vite que les trams.
Ceci dit, ressortir des photos du 17ème, 18ème ou 19ème siècle et dire qu’on veut en revenir à cette époque, ou donner cela comme réponse aux problèmes d’aujourd’hui, c’est un peu court et je ne pense pas que cela va nous aider. L’optique du tout contre l’un pour résoudre l’autre n’a jamais aidé à rien.
Il faudrait une approche globale et différente. Je ne pense pas que des solutions ponctuelles par tronçon amèneront une amélioration dans cette ville. Tant qu’il n’y a pas d’alternative et que l’intermodalité des transports en commun n’est pas réalisée, créer des embouteillages n’apportera pas d’amélioration. C’est une discussion qui dépasse la question de ce tronçon du boulevard Général Jacques.

Twitter Facebook
12

le recrutement à la STIB

Mon interpellation à Mme Brigitte Grouwels, ministre du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, chargée des Travaux publics et des Transports, concernant “le recrutement de personnel de la STIB”. M. le président. Commission infrastructure du parlement bruxellois, 6 février 2013.
Mme Viviane Teitelbaum.- En fin d’année 2012, la STIB a annoncé qu’elle comptait recruter 83 ouvriers et 26 employés. Ces personnes pourront devenir directement opérationnelles au sein des services de maintenance des bus, trams et métro ainsi qu’au sein des équipes d’intervention techniques.
Suivant le communiqué de la STIB, ce recrutement se justifie par “l’expansion du réseau et le nombre de véhicules en constante augmentation”. Toujours suivant la STIB, 335 nouveaux bus seraient en commande venant s’ajouter aux trams T3000 et T4000 en cours de livraison. Cet appel serait mené dans l’urgence, toujours suivant le communiqué.
À première vue, la nouvelle de recrutement est en soi une information positive de la part du premier employeur dans la Région de Bruxelles-Capitale.
Toutefois, après réflexion, cette information suscite quelques questions.
Si de nouveaux bus ont été commandés, ce n’est pas pour alimenter de nouvelles lignes, mais bien pour remplacer des véhicules existants. Même constat pour les trams en cours de livraison qui sont destinés à remplacer de façon progressive les modèles 7700 et 7800.
De surcroît, du nouveau matériel ne nécessite pas un suivi technique aussi approfondi que sur un parc constitué il y a quelques années, vu qu’une clause de garantie doit exister pour le matériel nouvellement acquis.
Pour les trams T3000 et T4000, on se rappellera qu’un contrat de maintenance a été conclu avec la firme Bombardier.
Tant les nouveaux bus que les nouveaux trams ne sont pas destinés à l’exploitation de nouvelles lignes ni à des extensions de lignes, ce dont on aurait pu se réjouir, mais bien à du remplacement de matériel existant.
Un autre point d’interrogation tient aussi dans le nombre de bus mentionnés par la STIB. En conséquence, Madame la ministre voudra-t-elle apporter les précisions suivantes ?
- Alors que le communiqué de la STIB mentionne “335 nouveaux bus”, comment expliquer que, dans les budgets 2013, il ne soit fait mention que d’une commande de 175 bus standards au diesel ?
- Cette augmentation du nombre envisagé de bus à commander s’expliquerait-elle par le fait que la STIB se soit engagée à ne plus commander de bus diesel au-delà de 2015 et qu’elle accélère le processus de commande avant cette date ?
- Comme il s’agit en principe de matériel de remplacement, comment expliquer la nécessité d’engager du personnel supplémentaire étant entendu qu’une période de garantie doit s’appliquer sur les nouvelles fournitures ?
- Aucune extension de réseau ni amélioration de fréquence n’étant annoncée, comment justifier ce recrutement de la STIB ?
- Ces personnes à engager sont-elle destinées à remplacer des départs de personnel, auquel cas il est abusif de parler de nouveaux recrutements ?
- Pourquoi la STIB ne privilégie-t-elle pas des recrutements de personnes affectées directement au réseau, et donc à l’amélioration des fréquences, voire à des extensions d’horaires en dehors de heures dites de pointe ?
La ministre explique que de nombreuses mesures vont offrir une importante extension de l’offre au bénéfice des clients de la STIB. Ces éléments justifient une bonne partie de l’augmentation de personnel. À ceux-ci s’ajoutent des engagements pour combler une partie du sous-effectif constaté à ce jour.
M. le président.- La parole est à Mme Teitelbaum.

Mme Viviane Teitelbaum.- Je comprends bien. En fait, c’est votre communiqué de presse qui induit en erreur.
Il n’est pas exact, ni au niveau du nombre de bus, ni en termes de recrutement, ni pour les raisons qui motivent ce dernier. Je vous invite à vérifier la communication qui émane de vos services, parce que votre réponse et le communiqué de la STIB n’ont pas grand-chose à voir l’un avec l’autre.

Twitter Facebook