septembre « 2010 « Le blog de Viviane Teitelbaum

Archive pour septembre 2010

30

« Mademoiselle Andrée, pourquoi c’est mal d’être juif ? »

enfant_juifJe reviens de l’exposition magnifique de Rogrido Malmsten « Femmes Eau Enfant ». Une trilogie qui met en exergue l’importance de la lutte des femmes entre autres pour la paix, pour la Justice et les Droits Humains. Depuis les « Folles de la place de Mai » qui inspirent l’artiste, à celles qui ont combattu le nazisme et le fascisme ici en Europe. Comme Andrée Geulen. C’était un bel hommage à cette femme courageuse, résistante au sein du Comité de Défense des Juifs, organisation qui a sauvé plus 5000 enfants pendant la Shoa en Belgique. Elle en était un acteur important, elle a reçu le titre de Justes parmi les Nations. « Car en honorant ceux qui ont refusé de se plier à la fatalité de la volonté exterminatrice de l´idéologie nazie, la médaille des Justes contribue à rétablir l´Histoire dans sa vérité » a dit Simone Veil, dont le portrait se trouve aussi mis en valeur dans l’exposition.

Et Andrée a eu du courage.
Après les quelques discours, elle me raconte une anecdote que j’avais oubliée : « Quand j’ai été cacher cette petite fille de 8 ans, et lui ai donné son nouveau nom, dans le train pendant le trajet vers sa place d’accueil elle m’a demandé « Mademoiselle Andrée, pourquoi c’est mal d’être juif ? » Andrée Geulen, me dit tristement : « mais je lui a répondu que bien au contraire c’est très bien d’être juif, je lui ai donné quantité de raisons … Mais comment veux tu répondre à un enfant qui te pose une telle question ? Comment ? » Nous sommes émues.

Et puis je rentre et je me dis qu’aujourd’hui elle lui demanderait peut-être « Dites Mademoiselle Andrée, pourquoi c’est mal d’être sioniste ? »

Twitter Facebook
28

Une exposition sur la lutte des femmes pour l’écologie, pour la paix, pour l’égalité des genres, pour la Justice et les Droits Humains

vernissageRodrigo est un jeune artiste argentin, dont les yeux brillent quand il parle de son art.
Rodrigo est un jeune homme engagé contre le fascisme. Celui qui a meurtri certains pays d’Amérique latine, celui des nazis, celui qui méprise les femmes. Evidemment il nous a instantanément séduit. Le conseil des femmes a dit OUI pour le patronage, Andrée Geulen a dit OUI, elle sera l’invitée d’honneur au vernissage. J’ai dit OUI : j’introduirai l’artiste.
Et vous ? Venez le rencontrer il sera ravi de vous expliquer ce qui le motive!

Son installation multimédia & plastique est une trilogie qui met en exergue l’importance de la lutte des femmes pour l’écologie, pour la paix, pour l’égalité des genres, pour la Justice et les Droits Humains.

Rodrigo M. Malmsten est un dramaturge, metteur en scène, poète et artiste multimédia. Il habite à Bruxelles depuis sept ans et dirige également l’association “Uxen7Arts. Sa production Artistique intitulée : “Femmes - Eau - Enfant” est conçue dans le but d’opérer une rencontre entre la création artistique et les idéaux des droits de la femme, et d’impulser un débat et une réflexion sur ce sujet ainsi que sur le thème de l’enfance.
Cette Installation multi média procède d’une remémoration de l’histoire à travers le véhicule métaphorique de l’eau. Elle prend sens et forme, par ailleurs, dans le cadre des Objectifs du Millénaire, car elle met en exergue l’importance de la Lutte des Femmes pour l’écologie, pour la paix, pour l’égalité des genres, pour la Justice et les Droits Humains- notions véritablement présentes dans l’œuvre de Rodrigo M. Malmsten.
“Femmes – Eau - Enfant” compte avec le soutien financier du « Pôle Bernheim, peace and citizenship » dirigé par le Professeur Eric Remacle, le soutien moral, du Conseil des Femmes Francophones de Belgique, du Conseil des femmes juives de Belgique et le soutien moral de Madame Heidi Hautala, présidente de la commission des droits de l’homme au Parlement européen.

Production générale de Uxen7Arts.Production Artistique et Rodrigo M. Malmsten.

Vous êtes invités au vernissage le 30 septembre à 18h30 à Tour & Taxi (salle B2). Avenue du Port, 86C , 1000 Bruxelles
L’exposition se déroulera du du 30 septembre au 19 octobre du mardi au dimanche de 11h à 19h

Twitter Facebook
23

Propagande pro-Dieudonné à l’ULB, LE GRAND SILENCE DE LA GAUCHE, par Claude Demelenne

J’accueille sur mon blog avec amitié et plaisir, le très bon texte que le journaliste Claude DEMELENNE a rédigé suite aux événements graves qui se sont déroulés à l’ULB.
claude-demelenne

Propagande pro-Dieudonné à l’ULB
LE GRAND SILENCE DE LA GAUCHE

L’amphithéâtre Paul-Emile Janson de l’ULB a été lé théâtre, ce 20 septembre 2010, d’un débat haineux qui devrait inquiéter tous les démocrates.
Parler d’un « débat » est, selon moi, trompeur. Il s’agissait d’une soirée de propagande en faveur de Dieudonné, un Jean-Marie Le Pen au cube.
Lorsque le Cercle du Libre Examen (Librex) de l’ULB décide d’introduire sa conférence de rentrée sur le thème de la liberté d’expression, par la projection d’un documentaire à la gloire de Dieudonné, il confond « libre examen » et complaisance envers des idées nauséabondes. « L’humoriste » et homme politique Dieudonné (il a été candidat aux élections européennes sur une liste « antisioniste ») a été plusieurs fois condamné par la justice française pour ses propos sur les Juifs et la mémoire de la Shoah. Dans une vidéo récente, Dieudonné traite les Juifs de « chiens ». Olivier Mukuna, le réalisateur du documentaire projeté à l’ULB, est le porte-voix de Dieudonné en Belgique, qu’il présente comme « un véritable républicain ».
A la tribune et dans la salle, les fans de Dieudonné ont étalé leur haine du Juif, comme l’a expliqué, ce jeudi, dans le Soir, Maurice Sosnowski, président du Comité de coordination des organisations juives de Belgique.
Ce qui m’interpelle, c’est le grand silence de la gauche, quand la haine du Juif se développe ainsi à l’ULB.
La gauche, notamment bruxelloise, était jadis au premier rang dans la lutte contre l’antisémitisme. Cela ne semble, hélas, plus être le cas aujourd’hui. Une partie de cette gauche fait preuve d’une grande indulgence envers ceux qui diabolisent le sionisme, Israël et tous les démocrates défendant le droit de cet Etat à se défendre face aux fanatiques du Hamas, qui veulent le rayer de la carte.
La gauche va-t-elle passer sous silence les dérapages antijuifs qui ont eu lieu, ce 20 septembre, à l’ULB ? Va-t-elle réitérer sa faute du 11 janvier 2009, quand elle « oublia » de dénoncer les innombrables dérapages antisémites qui ont émaillé la manifestation pour Gaza, dans les rues de Bruxelles ?
La gauche, ma famille politique, s’égare, lorsqu’elle tolère la parole anti-israélienne et antijuive, sous prétexte de militantisme pro-palestinien unilatéral.
Chers amis de gauche, allez-vous laisser Bruxelles devenir la capitale européenne de l’antisémitisme ?

Claude DEMELENNE
Journaliste-essayiste

Twitter Facebook
21

Monsieur le vice-recteur, ils ont la haine, mais vous, vous êtes coupable.

dieudonne_affiche_europeenneQuand on est étudiant et libre - exaministe, on a certes envie de pousser les limites. Et le débat sur la liberté d’expression est noble.
Ce qui ne l’est pas, en revanche, c’est la haine du Juif. Et quand elle transpire à travers le discours d’un chercheur à l’ULB c’est grave. Mais lorsque le modérateur, qui n’est autre que le vice-recteur, ne réagit à aucun moment, c’est honteux ! Et je n’en reviens toujours pas. C’était le 20 septembre, c’était à l’ULB. Tout a été filmé, je n’invente rien.

Sous couvert d’un débat sur la liberté d’expression organisé par le Librex, nous avons d’abord eu droit à un film médiocre à la gloire d’un raciste, antisémite, négationniste, en faveur de la lapidation, réalisé par un « journaliste indépendant », Olivier Mukuna.

Eloge, panégyrique d’une heure et demi atomisé en 12 minutes par Joël Kotek, qui, dans un court métrage, donne des extraits des propos antisémites de Dieudonné. On l’entend par exemple dire : « les gros escrocs de la planète sont tous des Juifs. La mort sera plus confortable que la soumission à ces chiens ».
Il nous montre aussi les relations d’amitié de Dieudonné avec Le Pen et Ahmadinedjad, par exemple. Mais suite à l’intervention salutaire de J. Kotek, Mukuna reprend la parole pour contester la projection, d’une part car il n’a pu voir le film pour préparer sa réponse, et d’autre part car il a été réalisé en peu de temps grâce à qui ou à quoi déjà ? L’argent juif : certainement !

Mais le sommet sera atteint par deux ulbistes. Le premier, Souhail Chichah chercheur à l’ULB, explique, entre autres, que les Juifs venus des pays de l’Est pour fuir les nazis étaient « sales ». Il pense que le MR et le PS ont tort de diaboliser l’extrême droite, il tient des propos vomitifs sur la Shoa, mais surtout il hait Israël. Car au fond c’est bien de cela qu’il s’agit, pour lui, pour Mukuna, et pour de nombreuses personnes dans l’assistance. Ils ont la haine du Sioniste, du juif sioniste, du Juif… Et pour couronner le tout, lorsque Joël Kotek, chargé de cours à l’ULB dénonce la haine raciste de Dieudonné, M. Van Damme, vice-recteur, le coupe :
« Nous ne sommes pas là pour parler de haine raciale, mais de liberté d’expression ». Pourtant il n’interrompra pas une fois Chichah, qui franchit sans cesse la ligne rouge et ne sanctionnera aucun débordement ni propos antisémite. Aucun. Ni de Chichah, ni de Saïdi, de personne.

M. Van Damme, monsieur le vice-recteur, ils ont la haine, mais vous, vous êtes coupable. De n’avoir rien dit, d’avoir laisser les Juifs être insultés dans votre enceinte, sous votre responsabilité et à plusieurs reprises.

Dans le film de Mukuna, Dieudonné dit qu’il a voulu se présenter sur une liste aux élections européennes, pour que les extrêmes s’expriment et pour rassembler les ordures.
Je peux vous dire que ce lundi à l’ULB les extrémistes ont eu la liberté de s’exprimer. Et certaines ordures étaient au rendez-vous.

Il y a quelques mois j’écrivais, sur ce blog que j’avais mal à mon université, aujourd’hui, je l’avoue, j’ai honte de mon université.

Twitter Facebook